Kelly en pension retraite à La Chaux d’Abel 2


Kelly est partie il y a deux ans à La Chaux d’Abel dans une pension retraite idyllique pour vieux chevaux. Vous vous souvenez peut-être de l’image poignante de ma Kelly ce jour-là car j’avais rédigé un article.

Chaux d'Abel

Retraite à La Chaux d’Abel

Elle m’avait regardée l’air de dire « voilà, tu m’abandonnes ». C’était déjà cruel sur le moment mais je savais qu’elle allait pouvoir bénéficier d’une retraite paradisiaque dans les grands pâturages de La Chaux d’Abel. Comme elle avait une bronchiolite asthmatique, l’air de la montagne ça ne pouvait lui faire que du bien et l’herbe bio l’argument marketing qui tombait à pic.

Lors du concours de Saignelégier à Pentecôte je suis allée lui rendre visite avec ma maman et nous avons failli tomber par terre. Nous avons découvert un cheval prostré, recouvert de marques sur le corps et dont on voyait toutes les côtes. Elle avait la colonne vertébrale apparente, le poil terne et hirsute. Quand elle a essayé de se déplacer, elle traînait son antérieur gauche avec peine et cela la faisait boiter fortement. Elle ne pouvait pas suivre le troupeau composé de 15 chevaux tous brillants et fin gras. Nous avons appelé un vétérinaire en urgence qui lui a fait une prise de sang et une injection d’anti-inflammatoires. Pour cela, il a fallu traîner Kelly jusqu’à sa voiture (un qui tire le licol, l’autre qui pousse les fesses). La gérante de la pension nous a assuré que cet état était très récent et que Kelly avait mangé à sa faim tout l’hiver et s’entendait parfaitement avec les autres chevaux et qu’elle avait même reçu du grain à part depuis quelques jours.

Ainsi le lendemain, ma mère m’a plantée pendant le concours de Saignelégier où je me suis retrouvée à me débrouiller avec mes trois chevaux dans deux épreuves consécutives. Elle a fait venir un autre vétérinaire qui a découvert un énorme abcès à l’épaule et qui a pu l’ouvrir sur place. Sur les photos que ma mère m’a montrée ça saignait énormément. La plaie a fait trois semaines pour se refermer et ça a suinter du pus tous les jours.

image

Après ouverture de l’abcès

La vérité c’est que ma mère a fait venir un autre veto parce qu’elle s’était dit que la meilleure chose c’était l’euthanasie mais quand elle est revenue sur le terrain du concours ma maman m’a dit qu’on pouvait soigner Kelly en box et qu’on devait la rapatrier tout de suite ce qui était plutôt une bonne nouvelle. Evidemment ça a compliqué les choses car Avoriaz était venu avec Coronation dans un van, Jiva était venue avec Delphine et nous on avait Dydys et une malle à transporter. Bref, après quelques dépatouillages organisationnels, vers 17 h00, nous sommes allés chercher Kelly au Domaine de La Chaux d’Abel avec Jiva dans le van (la malle ayant été transportée par des amis). Kelly ne voulait premièrement pas quitter le troupeau, sa famille depuis deux ans, puis évidemment, pas monter dans le van. Du coup, mon beau-père s’est mis devant le van avec Jiva où Kelly pouvait la voir, ma mams dedans avec un seau de grains et moi je tenais la corde. ça ne fonctionnait pas et il commençait à pleuvoir et même neiger. Kelly tendait son cou de tout son long pour essayer de prendre le grain mais ses antérieurs restaient scotchés au sol. Finalement, je lui ai soulevé une jambe et je lui ai fait poser un sabot dans le van (il n’y a pas de rampe) et je suis allée derrière elle et à un moment je lui ai fait une petite tape d’encouragement sur sa fesse squelettique et hop elle hop elle est montée ! Kelly a paniqué et a commencé à donner des coups de pied alors je n’ai pas pu charger Jiva dans le van. C’est là que j’ai dû attendre trois heures par zéro degré (oui à La Chaux d’Abel en mai il fait zéro degré !) que mon beau-père et ma mère redescendent Kelly sur Neuchâtel et reviennent me chercher avec Jiva. Il faisait froid, je n’avais pas mon natel et j’avais peur pour Jiva qui marchait dans la boue. Les minutes ont été interminables et même si j’avais classé mes deux tours avec Jiva et Dydys, même si j’avais remporté une troisième place avec Didichon et bien ça a été la journée la plus pourrie de ma vie. J’étais juste gelée (ben oui, en habits de concours, imagine) quand j’ai entendu le van arrivé. Arrivée à l’écurie il y avait ma malle que mes gentils amis avaient rapportée et j’ai rangé toutes les affaires des trois jours de concours.

Je suis allée voir Kelly. En comparaison des chevaux de sport de l’écurie, elle faisait pitié. Je sais pas ce qui était le pire, cette petite encolure frêle, le trou de l’abcès dans l’épaule, son poil dégarni par endroits et en touffes à d’autres, ou sa maigreur. Je pense sa maigreur, avec sa peau tendue sur les os comme une toile de tambour. Les gens sont venus la voir comme on vient voir un phénomène de foire. Ceux qui la connaissaient d’avant ont poussé des cris d’effroi.

imageJe n’ai personnellement jamais vu un cheval si maigre, où peut-être à Marrakech j’ai le souvenir d’un âne qui ressemblait vaguement à ça, quoique. Ma mère cette histoire ça lui a pulvérisé le coeur. Elle est restée des heures à lui peigner la crinière (comme si ça allait la faire grossir). Elle la lui a même recoupé aux ciseaux (ce qui me semblait pas non plus hyper prioritaire…). Je les ai regardées de loin. Ma mère s’enfermait dans le box chaque jour après avoir fait les soins, douché la plaie avec mon aide, retiré les mouches qui étaient morte dans la plaie avec les doigts. Elle a brossé Kelly d’abord avec le matériel de pansage habituel puis avec les doigts. Elle lui grattait les croûtes de poils avec les ongles. Chaque jour Kelly recevait son anti-inflammatoire avec des pommes et des carottes. Chaque jour elle était pommadée sur toutes les cicatrices. Le matin les palefreniers la mettaient au parc et l’après-midi on la remettait encore avec un des nôtres. Elle a reconnu Orlando et je sais pas s’il lui a dit : purée, comment t’es moche mais ils aimaient bien brouter ensemble comme à l’époque. Kelly a commencé à se coucher dans le box. Le soir, elle se laissait gratouiller en fermant les yeux. On a pu lui ouvrir la fenêtre du box. Chaque jour le véto est passé et lui a injecté les antibiotiques à cause de l’abcès. Pour le reste, il fallait la nourrir c’est tout (ce dont je me doutais tiens). Ma mère a passé sa vie au téléphone à chercher une pension retraite pour vieux chevaux. Elle a traversé la Suisse de long en large mais toutes les stabulations étaient pleines. Déjà qu’on mangeait pas hyper bien là on a eu droit aux pâtes/beurre dans le meilleur des cas.

Ce qui semblait une éternité n’a pris qu’une dizaine de jours et Kelly a été transportée dans une nouvelle pension. J’ai dit à ma mère d’arrêter de stresser pareillement car premièrement la jument est montée d’un coup dans le van et arrivée sur place elle a été assez sage. Il y avait un petit panneau avec écrit dessus « Bienvenue Kelly ».

image

Premier jour dans la nouvelle pension retraite

La pension retraite a une vieille jument toute chou aussi alezane de 33 ans et elle devenue très vite la meilleure amie de Kelly. Elles ont les deux une liste blanche sur la tête et Kelly a aussi l’air d’avoir 30 piges même si elle n’en a que 19 et cette histoire a fait qu’on a pu fêter notre anniv ensemble le 21 mai.

J’espère que Kelly sera mieux dans sa nouvelle pension retraite et qu’elle pourra profiter de la vie. J’espère qu’elle va reprendre du poids et retrouver un poil plus brillant. J’espère qu’elle sera heureuse et qu’elle sera bien en troupeau. Pour l’instant, un mois après l’avoir reprise de La Chaux d’Abel elle a l’air d’avoir un peu grossi mais les vétérinaires impliqués sont formels, ça prendra du temps pour reprendre de l’état.

image

Kelly de Villars CH  en 2010

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Kelly en pension retraite à La Chaux d’Abel

  • Verdan Mary Claire

    Quelle histoire! Ça me fait mal au cœur pour ta Kelly. Heureusement que ta maman et toi avez du cœur. J’espère qu’elle se rétablira vite et bien. Bravo à vous 2. Bisous. Mary-Claire