Horsecom


Bon allez, je vais l’écrire cet article et donner mon avis sur HorseCom. Alors HorseCom tout le monde connaît, c’est le truc qui permet d’écouter de la musique avec son cheval. Il y a un bonnet pour le coco et une oreillette pour le cavalier. Jusque-là, c’est simple.

D’abord je me suis dit que c’était vraiment un truc sympa puisque la musique fait en principe partie de l’équitation. Il y a souvent la radio dans le manège pendant qu’on monte et il n’est pas rare que les cavaliers écoutent de la musique avec leur i-phone avec ou sans les écouteurs. La musique, c’est sûr que c’est même pas à prouver, ça fait du bien aux gens et ça fait du bien aux chevaux ! La technologie au service du bien-être, tout de suite j’ai validé.

Je me réjouissais hyper de recevoir le kit qui est arrivé tout mignon avec un tapis au logo HorseCom. En résumé si le truc marche il se passe ceci: musique d’aéroport et ton cheval devient brave et gentil, ACDC et ton rondouillard molasse se la sent pour une 140.

staffing-clip-artAlors j’ai souvent oublié d’installer les trucs et quand je n’oubliais pas, soit ça fonctionnait pas, soit c’était pas chargé (mais le tapis est très bien).

Et sinon ? Ben sinon, j’avais l’impression d’être dans un call center avec l’oreillette qui dépasse du casque et cet horrible micro. J’ai détesté le look. Je sais pas, sur Kevin ou Camille ça le faisait encore, mais sur moi c’était très (voix mielleuse un peu niaise): « Service après-vente Darty, allô bonjour, Jessica à votre service, que puis-je pour vous ? »

A part ça, j’ai testé le kit HorseCom avec ma jument Jiva qui est plutôt « speed fofolle » et j’ai pensé que ça allait faire d’elle un petit ange (cheval relâché-disposé-concentré, c’est HorseCom qui le dit). Les playlists et tout ça c’est pas mal mais juste bon, LA MANIPULATION: il faut ni oublier le portable, ni oublier l’oreillette à fixer sur le casque, ni le bonnet, ni de se brancher au bluetooth et surtout il faut avoir synchronisé le tout avant de monter à cheval avec l’application. J’ai essayé et ça n’a pas eu d’effet « magique » sur ma jument si ce n’est que moi j’ai bien aimé écouter la musique et me caler dessus. Pour les fois où j’étais sur le grand paddock, la musique c’était sympa et entraînant, ça donne un côté joyeux et léger (t’es moins à te prendre la tête avec des pensées parasites) et ça m’a donné l’impression de dressouiller super mieux parce que la musique ça t’apporte du POWER (notamment la Symphonie No 7 de Beethoven Op92 (à la 5.47 minutes, imagine l’allonger que tu te fais dans la diagonale !)

Par contre, autant la musique ça t’enveloppe et ça serait excellent pour être dans sa bulle et tout (alors j’adhère totalement au concept), autant en concours on va pas te mettre de la musique classique ou rythmée sur le galop du cheval (dans leur jargon, musique BMP : battement par minute). Non, on va te mettre du Shakira (si, si, voici le waka waka parcours) ou, pire, de la musique folklorique suisse-allemande 😉 et il faudra faire avec sans compter les aboiements des chiens, les bruits des gens qui parlent, le rire des enfants, le speaker qui braille dans un haut-parleur qui grésille…En fait, HorseCom il devraient avoir une play-list avec les bruits des concours et même une spéciale « indoor » avec le bruit des pas des spectateurs qui se déplacent dans les gradins et des gens qui mangent et boivent des verres dans un environnement qui résonne, genre la playlist intitulée « Scheisse Musik für eine gute Anlehnung des Pferdes » comme sur cette vidéo avec Jiva.

La jolie bulle avec ton cheval c’est top, se retrouver au bout de sa vie en piste avec un cheval qui s’affole des sons qui l’entourent c’est moyen. Je pense qu’un cheval il a une ouïe développée et c’est pour bien percevoir son environnement et les éventuels prédateurs (l’homme de piste qui marche sournoisement avec le ramasse-crottins, le chevreuil vicieusement planqué derrière un arbre,…).

Image Filière Sport

Image Filière Sport

Et puis je dirais que si c’était pas cher bon ok, mais c’est pas le cas, c’est plutôt un GROS investissement avec l’abonnement mensuel (et oui, c’est le détail qui tue). Donc voilà, si tu veux écouter Julien Doré en toute discrétion et en faire profiter que ton poney et pas toute la carrière c’est le truc qu’il te faut mais si tu recherches un truc pour performer en piste avec un cheval relâché-disposé-concentré, mieux vaut prendre des leçons chez Kevin Staut directement.

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *