CSI* San Giovanni 2ème semaine


Le CSI* de San Giovanni s’est terminé et je reviens en bref sur la deuxième semaine.

Entre les deux week-end de concours il y a eu de la pluie et c’était compliqué de se partager le manège même s’il est gigantesque. J’ai été en plus malade genre maux de ventre et pourtant on mange super bien en Italie.

M’enfin, le vendredi j’étais au taquet et Christian Sottas m’a coachée sur le parcours avec Jiva. J’ai fait un parcours avec un super chrono jusqu’à l’avant-dernier obstacle constitué d’un bidet où Jiva a été surprise (il faisait déjà nuit) et a refait un petit pied devant et bien que l’obstacle ait été franchi sans faute, Jiva s’est retrouvée sans cavalière… J’étais hyper déçue mais c’est vrai que monter un peu plus à la gagne c’était bien. Le lendemain j’ai fait 4 petits points et le dernier jour un très joli sans faute (voir la vidéo de Jiva). Avec Avoriaz on a totalisé 4 points, 8 points puis hélas le dernier jour 4 points sur le dernier en 115 après un parcours dont même Christian qualifiait de « parfait » (ce qui vaut un classement hein ;-)).

J’ai eu la chance de faire la connaissance de Stéphane Montavon qui concourait également à San Giovanni les deux mêmes week-end que moi. Stéphane Montavon est le Chef promotion de la relève à la FNCH. J’ai pu discuter avec lui notamment des formations dans la filière équine et sportive, domaines qui me tiennent à coeur et dans lesquels il est une personnalité établie.

Jiva en 125

Jiva en 125

Moi j’ai adoré la place de concours, les installations et d’avoir pu voir Steve Guerdat le premier week-end (même si je n’ai pas osé lui parler) et ce juste avant qu’il gagne la Finale de la Coupe du Monde pour la deuxième fois ! Pour mes jeunes chevaux ce concours leur a apporté de l’expérience et j’ai moi-même bien progressé. J’ai été bien entourée sportivement et mes amis de la Team Aeschlimann m’ont fait partager de magnifiques moments en leur compagnie. Je n’ai qu’un regret, que mon Dydys, en convalescence, n’ait pas pu concourir sur la grande place où il aurait pu vraiment bien galoper. Ce n’est que mon deuxième CSI et j’ai été vraiment trop heureuse d’y avoir participé. Je remercie Domizia Belladelli, pardon, Mme Menghetti, de m’avoir offert l’amortisseur en mouton Mattes qui me portera chance certainement au fil de la saison.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *