A propos de moi


SJA_8826

Jiva de Septon

Actuellement je suis en France chez Julien Gonin à Saint-Martin-du-Mont, à 3 heures de mon domicile en Suisse.

J’ai 19 ans et j’ai terminé ma maturité fédérale au Gymnase de Bienne en section Economie et Droit. C’est un bac qui me permet d’entrer dans toutes les facs de Suisse mais tu auras compris que pour l’instant c’est pas ma priorité ;-).

J’aime beaucoup le sport, comme le ski, le snowboard et le wakeboard. Les voyages m’ont permis de découvrir differentes cultures (Thaïlande, Bali, Mexique, Bonaire, Egypte, …) et des fonds marins car je pratique la plongée. Je possède un chien  de type berger allemand adopté à la SPA qui me suit comme mon ombre et auquel je suis méga attachée.

Ma famille est recomposée et c’est mon beau-père, Michel Anklin, qui me soutient financièrement pour l’acquisition et l’entretien de mes chevaux. Ma mère est cavalière de loisir. Elle a longtemps été mon chauffeur, groom et coach, totalement décomplexée sur les places d’échauffement au milieu des pros, ce qui a été épique parfois. Pendant mes études elle m’a beaucoup aidée pour préparer mes chevaux et les monter en trottings.

Mon rêve ? Etre cavalière pro, monter des chevaux de concours et former des jeunes chevaux en les voyant évoluer. Je suis élève à plein temps chez Julien Gonin avec mes trois chevaux et je profite d’une année entièrement consacrée à la pratique du sport, et oui c’est vraiment la classe ! J’aime bien former les chevaux car je trouve que c’est gratifiant parce que je les vois progresser et en même temps ça me permet d’apprendre beaucoup sur leur comportement. Quand on a un cheval déjà tout fait c’est très bien pour apprendre à monter mais ça n’apprend pas les méthodes d’apprentissage des chevaux. Or, c’est bien ce qui est important à mes yeux, apprendre à former les chevaux et savoir s’adapter à chaque monture en tenant compte de son caractère et sa manière d’apprendre. Être un bon cavalier c’est savoir adapter sa façon de faire à chaque monture. Julien Gonin est un super entraîneur qui me met à l’épreuve assez souvent 😉 et parfois je comprends ce que signifie la gravité… Je comprends également qu’on doit considérer le cheval comme un cheval et ne pas le voir à travers notre prisme à nous. Le cheval, c’est un être formidable, qui vit dans l’instant. Alors quand il y a des moments difficiles où ça devient compliqué de le monter, genre il te ramène au box, il pointe et fait demi-tour, il faut toujours le considérer comme un animal qui vit là dans cet instant précis et qui ne comprend pas ce que tu veux ou qui n’est pas disposé à le comprendre. C’est au cavalier de lui rendre la vie simple et d’être cohérent dans ses demandes. Apprendre l’équitation c’est apprendre l’humilité, y’aura toujours un cheval qui pointera plus haut qu’un autre et qui te fera redescendre les pieds sur terre au propre comme au figuré !